Exister ou être ?  Quelle est la différence ?

February 2, 2018

 

 

 

 

 

Exister ou être ? Quelle est la différence ?

 

  

Cet article a comme but faire la différence des états d’âme vis-à-vis notre existence et mettre au clair nos différences et les diverses facettes que nous pouvons avoir.

 

Actuellement on parle beaucoup sur l’être et de la connaissance de soi et c’est pour ça que je voulu amener le sujet sur « l’être » avant de parler sur la connaissance de soi.

 

Il existe des lois universelles propres à chaque forme d'existence et propre à chaque univers.

 

 Vous ne pouvez pas planter des tomates avec de semences de haricots, car une semence d’haricot donnera toujours une plante qui apportera des haricots et pas de tomates !

 

 

Analogiquement vous pouvez améliorer votre semence en la rendant plus forte, plus évoluée, plus belle, plus pure, mais l’essence, son origine, non, elle reste toujours la même. 

 

Donc, exister dans un sens primaire est tout simplement un état de permanence où vous êtes ce que vous êtes depuis le début de votre existence.


De diamants bruts lors de notre création et au fur et à mesure de nos évolutions, la vie, les expériences vécus font le travaille de lapidation.

 

Nous devenons donc de plus en plus rayonnants, mais notre identité d'origine et la puissance intérieur que nous avons au plus profond de nous continue la même car nous sommes les fils de la lumière.  


Tout ce qui est, existe. Tout ce qui existe est.


Cet "état de permanence primaire"  ne veut pas dire que vous ne pouvez pas vous adapter ou changer, mais que même en évoluant, s’adaptant, vous êtes unique et vous le serez pour toujours.

 

Votre codage universel (une sorte de ADN qui a était vous attribué par le créateur) peut muter, mais la séquence de votre chaîne restera à toujours unique. Vous pouvez ajouter des atouts à cet état de permanence primaire.


 

 

Cet état primaire correspond à votre origine, à la naissance de votre âme dès la création de l’univers.

 

 

Ces atouts pourront être acquis et ajoutés, incorporés par rapport aux chemins que vous allez choisir de suivre, par la façon que vous décidez de réagir, interagir ou vous représenter dans la vie et envers tous et tout ce que vous entoure.


Ces acquis feront partie intégrante de vous seulement s’ils ont été vécus au plus profond de votre âme : c’est à ce moment qu’ils deviendront une certitude interne, une vérité et une réalité incontournable POUR VOUS.

Il faut que l'apprentissage passe par nos ressentis. 

 

 A ce moment vous avez muté et transformé votre séquence d’ADN universel : nous avons ce pouvoir car nous sommes co-créateurs, part d’une source avec un potentiel créateur ce que nous permets d’être créateurs de nos vies éternellement.

 

Mais il ne faut pas oublier : vous pouvez étudier, pratiquer, exercer, mais pour autant que vous ne soyez pas devenu ce que vous prêchez, tout cela restera dans votre raison, dans des acquis de cette existence aujourd’hui.

 

Pour les incorporer à votre essence (JE SUIS) vous devez passer la barrière qu’il existe entre votre existence dans le maintenant et votre existence dans l’éternité. Vous devez être, faire, pour avoir et ainsi vous arriverez à l’être dans le JE SUIS.

 

Dans le cas contraire, vous serez temporairement ce que vous avez appris pour autant que vous restez sur vos gardes et attentif à ce qui vous êtes devenu ou à qui vous auriez voulu devenir dans cette vie, mais une fois partie, cet acquis restera dans la mémoire du monde, dans la mémoire de cette vie. 

 

 Dans cette « existence de l’être », dans cet état se trouve votre tempérament, c’est inné, c'est ce que vous êtes et ce que vous serez pour toujours. C’est votre mode d'emploi innée, comment vous interagissez et répondez à votre environnement dès que vous mettez les pieds au monde, c'est votre façon d'être et faire.

 

 

 

C’est l’impression digitale de votre esprit, de votre âme, ce qui fait de vous un être unique dans l’univers.

 

 

 

Par exemple: si vous êtes une personne qui parle beaucoup, que vous soyez un professeur, un moine, un fermier, vous aurez une tendance à toujours parler beaucoup.

 

Vous pourrez apprendre à vous taire, à rester en silence soit la raison en cause, mais parler beaucoup c’est votre tempérament et le sera pour toujours dans votre nature. 

 

 Etre dans un sens secondaire c’est temporaire,c’est un concept qui est plus lié à votre personnalité, associée à votre caractère, tous formés par votre vécu et par la façon comme vous avez interprété votre vécu à votre intérieur. Bien sûr que cet "être" va être influencé par le premier, c’est-à-dire, par votre tempérament. Ici nous parlons du paraître primaire et malgré ce qu’on entend aujourd’hui à propos de cela, vous allez voir que paraître peut-être parfois positif et est parfois nécessaire pour notre survie ou apprentissage à la longueur de nos vies. 

 

 C’est comme un personnage que vous revêtissiez afin de vous adapter, pour vivre ou survivre. C’est le vêtement que vous décidez d’employer pour des situations précises dans votre vie, soit elle représente un but, un état émotionnel, un vécu...

 

En reprenant notre exemple antérieur si vous êtes un moine et qu’il vous a été imposé que vous restiez silencieux ou que vous avez fait ce choix pour quel que soit la raison, vous pourrez aller contre votre nature, au travers de la maîtrise de soi et avec d'entraînement arriver à rester dans le silence, mais j’insiste, ce n’est pas votre nature, c’est juste un habit que vous avez revêtu.

 

Cela vous aidera à développer une bonne maîtrise du soi, à vous connecter avec votre soi et vous permettra d'avoir une plus grande connaissance de vos limites et de votre vraie nature.

 

En effet, les apprentissages que nous avons sont propres à nous et vécus différemment par chacun de nous, raison pour laquelle nous devons éviter le jugement envers les actes des autres, car il y a qu'eux qui puissent sentir la transformation ou la mutation que telle expérience leur apporte.

 

Je ne vais pas entrer ici dans des discussions philosophiques sur ce sujet, il faut juste faire cette première différence pour pouvoir s'approfondir sur le sujet de la connaissance de soi : un pas très important pour entrer dans le cycle de la réalisation d’une vie de rêve.

 

Pourquoi c'est si important de comprendre cette différence?

 

Parce que l'être secondaire peut être un outil positif ou négatif.

 

+ Positif car quand il est bien employé, il nous apporte la maîtrise de soi au travers de l'entraînement, de la répétition jusqu'à que ces changements soient ancrés en nous, contribuent pour une amélioration en nous.

 

- Négatif car sa limite est très proche du "paraître ce qui nous ne serons jamais" et dans la plupart du temps nous est difficile faire la part de ce qui nous sommes pour de vrai de que nous sommes devenus. 

 

 Aujourd’hui nous vivons dans un monde d’images virtuelles, un monde fort dans l'illusion, dans le paraître.

Les gens construisent des personnages pour s’adapter, pour y être acceptés, pour être conforme aux règles d'un comportement social acceptable, imposé, sous l'excuse de la préservation d'une pseudo ordre social.

 

 

 

Tout cela nous amène à un certain contrôle de la collectivité, de la masse populaire, vous avez déjà entendu beaucoup ce discours un peu partout, j'en suis sûre. Et voilà que nous retrouvons otages d'un système où la plupart de nous n'arrivent même pas à trouver sa place...

 

Il existe donc une pression sociale et qu'est devenue encore plus complexe avec l’arrivé de l’internet et des réseaux sociaux. On nous impose des archétypes auxquels nous devons nous modeler à l’image précise pour y être accepté, reconnus, admirés.

 

 Beaucoup d'entre nous croient avoir besoin d’être « tel comme » pour exister ou pour atteindre à une reconnaissance social qui doit être assortie d’une belle réussite, soit-elle dans les domaines personnelle, professionnel, social, familial... Ce sont des fakes dans la vie virtuelle et de fakes dans la vie réelle.

 

C'est claire que, si nous vivons dans une collectivité "X", nous devons quand même respecter certaines règles de notre entourage. Mais le fait que nous nous engageons envers ces lois ou règles, dans le but d'un partage convivial et civilisé, il y a des limites: certaines choses doivent rester un choix propre à la personne et des autres pas. 

 

 Par exemple: vous avez réussi votre permis pour conduire. Vous habitez en Belgique, vous roulez à droite, car si vous faites le contraire vous mettrez votre vie et la vie des autres en danger. C'est une règle à respecter, c'est une norme de conduite et vous vous êtes engagé à le respecter le jour ou vous avez étudié et fait vos démarches pour avoir votre permis et votre voiture.

 

C'était nécessaire et vous avez accepté car vous avez choisi de vivre et faire partie d'une communauté selon leurs règles. 

 

Vous allez à Londres. Vous savez que dans cette communauté vous devez conduire à gauche et voilà.Vous n’êtes pas d'accord? Ne conduisez pas, il n'y a aucune loi qui vous oblige à conduire si vous ne voulez pas.

 

J'aimerai que vous réfléchissiez: je n’ai rien contre les choix que les uns et autres font dans la vie, mais pour le choix qui vous faites, soyez cohérente et respectez les normes de la communauté que vous avez choisi de faire partie.

 

Ou alors, vivez selon vos envies mais tout en respectant la liberté de l’autre, les choix des autres, comme vous voulez qu’on vous respecte. Notre choix d’un personnage impactera notre existence, la reconnaissance d’autrui et de nous mêmes envers nous, la reconnaissance du monde envers nous et de même, guidera la reconnaissance et la communication de l’Univers envers vous.

 

Vous vous reconnaissez?

Alors l'univers vous reconnaîtra !

 

Ce choix déterminera dans certains cas si vous allez être heureux ou pas, vainqueur ou pas, si vous existez ou pas pour la société à laquelle vous appartenez ou pour vous-mêmes.

 

C'est très important d'apporter notre attention sous cette perspective et compréhension de la vie tel qu'elle se présente : nous existons pour nous avant tout !

 

Si vous n’existez pas pour vous, si vous ne vous reconnaissez pas, vous pouvez construire le personnage que vous voulez, mais tôt ou tard, ça tombera à l’eau, car vous n’existez pas pour vous-même, vous êtes une fraude, un fake !

 

Si vous vous trouvez dans ce cas, comment voulez-vous que l’Univers et les autres vous donnent des réponses ? Exister c’est avant tout vous reconnaître dans l’existence !

 

Je vous dis et je vous répéterai sans cesse s'il le faut : tout changement de votre réalité est fait à l’intérieur de vous-même !

 

 

Vous voulez de la reconnaissance ?

Reconnaissez-vous d’abord !

Existez une fois pour toutes !

 

Je vous parlerai un peu plus sur cette communication entre nous et l’Univers plus tard, dans un autre article sur la création de notre réalité. 

 

Donc, ces personnages sont des habits que vous enfilez pour vous montrer à l’extérieur, mais c’est ne sont que des habits, ce n’est pas vous, car quand vous vous regardez dans le miroir tout nu, dépourvu de ces artifices vous n’êtes pas le personnage.

 

Les habits que vous enfilez pendant votre vie pour faire des personnages sont qu’une boîte à outils, temporaire, que vous pouvez utiliser pour un but précis, mais ils ne sont pas permanents, ce n’est pas ce qui vous êtes vraiment.

 

Ce sont des adaptations intelligentes, planifiées et stratégiquement employées pour atteindre un objectif et qu’il soit bon ou mauvais, ça dépendra de comment, pourquoi et pour combien de temps vous les emploierez.

 

Ces personnages peuvent nous apporter les fameux atouts que peuvent nous transformer. Avoir la conscience de ce fait est très important car à un moment donné ou ces habits ont rempli leur mission, nous devons passer au stade suivant. Tel qu’un vêtement que devient usé, ces personnages ont leur temps de vie.

 

La sensation et les bienfaits ressentis quand nous les avons vêtues c'est ce que nous transforme, ce que nous gardons pour nous, sous forme d’apprentissage et de savoir intérieur.

 

Du même, s’ils ont apporté des méfaits à nos vies : il en dépendra de nous d’ancrer ou pas ses ressentis, de les transformer en positif.

 

Dans le cas contraire, continuer habillé d’un personnage qui nous apporte du malheur c’est de notre propre responsabilité et péril.

 

Si vous vivez un personnage trop longtemps, que cela soit par commodité ou autre chose et que vous ne vous déshabillez jamais, vous finirez par oublier ce qui vous êtes pour de vrai !

 

Plus encore, vous risquez de vous éloigner de votre âme, de votre essence et un jour vous ne vous reconnaîtrez plus : vous deviendrez un zombie

 

 Si vous arrivez à ce stade, vous sentirez un vide intérieur, vous ne trouverez plus de sens dans la vie, car rien ne vous satisfera, en effet, vous ne saurez même plus ce que vous voulez vraiment, car vous ne vous connaîtrez plus : vous aurez perdu vos repères.

 

Il y a beaucoup de zombies aujourd’hui, toute une génération de no-life. Non, ce n’est pas que chez les jeunes qui jouent à l'ordinateur… arrêtons de stigmatiser, car certains sont même très éclairés et conscients sur ce qu'ils font et pourquoi ils le font : c'est leur choix et on le respecte.

 

Les zombies sont des êtres qui ne vivent pas leurs vies, soit ils vivent les vies des autres, soit ils vivent pour les autres, soit pire encore :

ils vivent les archétypes qu’ils ont créés ou qui ont été imposés par eux ou par des autres et qu’ils ont acceptés et les ont bien ancrés !

 

Voyons les différences de ces vies de zombies.

 

Il y a ceux qui vivent les vies des autres.

Ils sont dépourvus d’identité, mécontents de leur vie, ils finissent par vampiriser la vie des autres qui possèdent « la vie » qu’ils souhaitent avoir et qu’ils pensent ne pas être capables de vivre ou d’avoir. Leur bonheur dépend du bonheur de l’autre.

 

Il y a ceux que vivent les vies des personnages virtuels, dans des jeux par exemple : leur identité c’est l’identité du personnage virtuel, ils vivent une vie parallèle au monde réel, c’est-à-dire, sont des zombies dans la vie réelle car ils l’ont nié et existent dans cet autre monde virtuel où ils construisent la vie autrement, jour-à-jour, se marient, ont une maison, des amis, une famille… rien qu'en faisant des cliques avec une souris et en communiquant par un casque et un micro. Si leur monde virtuel coule pour une raison ou autre, la vie est finie ! A ce moment-là, soit ils se réveillent et découvrent tout un autre monde à leur porte, soit ils meurent car leur monde a explosé, l’internet ne fonctionnera plus pendant un mois, …

 

Il y a aussi les zombies de ce monde réel qui subissent :

ils ont leur identité cachée au fond d’eux même dû à leur soumission.Ce sont des gens qui ont accepté d’être dans le paraître par confort, commodité, manque de courage, peur, dû à des traumas, …

Ce sont par exemple des femmes au foyer, épouses qui vivent pour leurs enfants et leur mari. Des parents qui souffrent avec le départ des enfants du foyer une fois l’âge adulte arrivée, et encore plus, après le décès de leur mari ou de leur épouse.

Ceux qui ont passé leur vie à s’occuper d’une tante, de ses parents, des amis, des causes…sont ceux qui se retrouvent seuls avec leur chagrin, ils ont vécu pour tous toute leur vie. Alors pour palier et cacher d’eux même cette négligence envers soi pendante toute une vie ils deviennent implacables vis-à-vis leurs enfants et les autres pour lesquels ils ont dédié leur temps : ils il n'ont pas la reconnaissance vis-à-vis des sacrifices qu’ils ont dû faire pendant leur vie… STOP ! 

 

Ce n’est pas les enfants qui ont choisi, ce sont eux ! Et maintenant ces personnages demandent de la reconnaissance, des personnes qui se sont négligés durant toute une vie… et voilà ! Il n’y a rien de mal en dédier une partie de son temps ou de sa vie en faveur des autres, mais faire ça toute sa vie, ah... c’est trop mal, sauf si vous êtes un missionnaire, et même, j’ai mes réserves sur ça.

 

 Quand ont fait quelque chose pour l’autre, on le fait avec conscience : les missionnaires par exemple, accordent de temps à leur développement intérieur car ils savent que s’ils veulent aider l’autre, soit de la forme qui soit, ils doivent être en condition pour le faire.

 

Si vous êtes négligente envers vous, si vous ne vous reconnaissez pas pour vous-même, si vous n’existez pas pour vous, vous n’aurez jamais l’équilibre intérieur nécessaire pour aider l’autre, car aider l’autre, c’est simplement partager avec autrui ce qui vous avez de mieux.

 

C’est cet équilibre que vous rends fort, suffisant pour remplir les tâches qui vous avez choisi pour votre vie.

 

A retenir :

ON VIT POUR NOUS, ON VIT EN NOUS, le reste c'est du partage!

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
https://www.linkedin.com/in/monique-michel-6b526642/?trk=nav_responsive_tab_profile
https://plus.google.com/u/0/+MoniqueMichelcoachViedeR%C3%AAve2016
https://www.facebook.com/coach.vie.de.reve/
Please reload

  • YouTube Social  Icon
  • Pinterest Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • Vie de Rêve
  • Vie de Rêve
  • Vie de Rêve
  • Vie de Rêve
  • Vie de Rêve
  • Vie de Rêve
Please reload

Posts Récents